[creation site web] [creation site internet] [logiciel creation site] [Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[]
[Page 1]

L’arthroscopie est une technique chirurgicale qui peut être appliquée à toutes les grosses articulations, notamment le genou, l’épaule, la cheville, le coude, la hanche, le poignet.L’intervention est réalisée en salle d’opération au Bloc Opératoire par un praticien spécialisé dans la pratique de l’arthroscopie.

Dans un premier temps, le chirurgien pratique deux petits trous dans la peau de façon à introduire d’un côté le tube optique relié à la caméra, et de l’autre côté les différents instruments. L’intervention peut être enregistrée sur photos ou sur vidéo.

Les résultats obtenus sont réputés plus rapides et de meilleure qualité comparés à la même intervention réalisée en ouvrant largement l’articulation. Cependant, il faut bien rappeler qu’il n’y a aucune intervention sans risques : il peut y avoir des complications vasculaires, nerveuses, septiques et des complications d’ordre général comme pour toute opération même si ce risque est peu important.

-la source de lumière : à l’intérieur de l’articulation une source de lumière froide permet d’éclairer tous les recoins.

-l’irrigation : l’articulation est en permanence irriguée par un sérum stérile.

-le matériel chirurgical :

  • les pinces : ces pinces ont un diamètre de 2,5 mm. Elles sont soit droites, soit recourbées à droite, à gauche ou vers le haut de façon à pouvoir aller découper dans toutes les directions possibles.

  • le matériel motorisé : certains gestes ne peuvent être réalisés avec les pinces, des instruments motorisés nous permettent de faire des résections méniscales, osseuses, cartilagineuses ou ligamentaires.


L’ANESTHESIE 

Le médecin anesthésiste dispose de plusieurs techniques pour rendre l'intervention indolore,il vous exposera les avantages, les inconvénients et les éventuelles complications propres à chaque technique :

-l’anesthésie générale

-l’anesthésie rachidienne consiste à faire une injection dans le bas du dos de façon à endormir les deux membres inférieurs.

-l’anesthésie locale tronculaire  consiste à faire une injection à la racine de la cuisse au contact du nerf crural et du nerf sciatique de façon à endormir uniquement le membre opéré.

-l’anesthésie locale pure consiste à injecter dans le genou un produit anesthésique.

-l'ambulatoire : si vous le souhaitez et si cela est possible, l'intervention peut être réalisée en ambulatoire, vous entrez le matin et vous sortez de la polyclinique le soir même.

L’arthroscopie est une technique chirurgicale qui permet de faire le bilan des lésions à l’intérieur d’une articulation, et éventuellement d’y apporter un traitement chirurgical.

LE MATERIEL 

L’intervention se pratique en salle d’opération à l’aide d’un matériel miniaturisé très sophistiqué :

-l’arthroscope : il s’agit d’un tube optique de 4,5 mm de diamètre.

-la caméra : à l’extrémité de l’arthroscope, on fixe une caméra numérique miniature qui permet de capter les images, et de les reproduire sur un écran. Le chirurgien opère en contrôlant ses gestes uniquement sur cet écran.

L'ARTHROSCOPIE

L'INTERVENTION ET SES RISQUES

ARTHROSCOPIE, MENISQUE

CHIRURGIE DE LA HANCHE ET DU GENOU

DOCTEUR   JEAN   JACQUES   LALLEMENT
www.hanche-genou.fr