Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1
Page 1

CHIRURGIE DE LA HANCHE ET DU GENOU


Docteur Didier CHABERNAUD

Docteur Jean Jacques LALLEMENT

www.hanche-genou.fr


  

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR

L’EXAMEN DU GENOU 

Normalement, il n’y a aucun jeu dans l’articulation, si le ligament croisé est déchiré, on va pouvoir repérer une laxité. Pour diagnostiquer la rupture du ligament croisé antérieur, le chirurgien dispose de deux tests :

Ces deux tests sont typiques d’une rupture du ligament croisé antérieur.

LES EXAMENS DU GENOU

radio de profil du genou  avec un tiroir antérieur important (le tibia est en sub luxation en avant par rapport à l’extrémité inférieur du fémur)


Cet examen permet de faire un bilan beaucoup plus complet du genou. En effet, sur de simples clichés radiographiques, on ne voit que les os alors que ce sont les ligaments et les ménisques qui nous intéressent. L’IRM permet de confirmer la rupture du ligament croisé antérieur. Cet examen permet surtout de rechercher des lésions associées avec notamment des lésions méniscales, des lésions d’autres ligaments, et des lésions cartilagineuses.

à gauche IRM de profil normale avec un LCA bien visible; à droite LCA rompu, en voie de nécrose ( la flèche rouge indique le LCA)

Le chirurgien décidera ou non de l’immobilisation du genou dans une attelle et de la mise en route un traitement anticoagulant.

Il faut refroidir les lésions en appliquant de la glace et en commençant très vite la rééducation avec physiothérapie et travail articulaire pour récupérer la mobilité et éviter que la musculature de la cuisse ne s’affaiblisse de façon trop importante.

L'IRM

QUE FAIRE APRES L’ENTORSE

Dès lors que le ligament croisé antérieur est rompu, va apparaître du jeu, c’est ce que l’on appelle une laxité. Cette laxité est extrêmement variable d’un patient à l’autre. Pour la même déchirure certains patients vont avoir très peu de jeu, d’autres vont avoir au contraire un genou avec un gros phénomène de tiroir antérieur.

Les phénomènes de torsion et de pivot risquent de provoquer des entorses à répétition. Pour schématiser, le patient est capable de courir un marathon s’il est en ligne droite mais au premier virage son genou peut se dévisser.

A chaque nouvel épisode d’entorse, les dégâts vont s’aggraver avec une possible atteinte d’autres ligaments, une déchirure des ménisques alors qu’ils étaient intacts au départ, des lésions du cartilage.

Un genou qui se déboite à distance de l’accident initial doit donc être suspect d’une aggravation rapide qui peut aller en quelques années jusqu’à l’arthrose du genou.

COMMENT VA EVOLUER LE GENOU