[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [Page 1]
[]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 1]

(Si les images vidéos sont hachées, c'est que votre débit internet est insuffisant. Dans ce cas, laissez la vidéo se dérouler en entier et relancer la lecture, les images seront alors fluides)

Exemple d'une patiente opérée par voie mini invasive. Elle est capable deux jours après l'opération de marcher sans ses cannes et de monter un escalier.

LA CHIRURGIE MINI INVASIVE

Patiente de 50 ans, 52kg, cicatrice de chirurgie mini invasive par voie antérieure (patiente couchée sur le dos, repère de la cicatrice juste avant l’intervention).

Patient de 75 ans, 110kg, cicatrice de chirurgie mini invasive par voie postérieure (patient couché sur le coté droit sur la table d’opération).

Les nouvelles techniques de chirurgie « mini-invasive » ont pour but de réduire la douleur et de faciliter la rééducation. Habituellement l’intervention est réalisée par une grande cicatrice, pour bien voir on n’hésite pas à sectionner les ligaments et les muscles de la hanche.

Avec les progrès du matériel et de la technique, les cicatrices sont maintenant toutes petites, d’environ 10 cm. On cherche à préserver les ligaments et les muscles en ne les sectionnant pas mais en les réclinant simplement de façon très douce pour ne pas les abimer.

Ce type de chirurgie « mini-invasive » peut être réalisé par voie d’abord antérieure ou par voie d’abord postérieure, c’est votre chirurgien qui en fonction de chaque cas, de son expérience, des résultats publiés dans la science médicale décidera de la cicatrice à réaliser.

Désormais grâce aux techniques de chirurgie « mini-invasive », il n’y a pratiquement aucune douleur après l’intervention.

Deux jours après la mise en place de la prothèse les patients marchent dans le couloir, montent et descendent un escalier dans la plupart des cas, c’est dire si les suites opératoires sont beaucoup plus simples.

PROTHESE TOTALE DE HANCHE

CHIRURGIE DE LA HANCHE ET DU GENOU

DOCTEUR   JEAN   JACQUES   LALLEMENT
www.hanche-genou.fr